Les troubles musculo-squelettiques (TMS)

Les Troubles Musculo-Squelettiques résultent d’une combinaison de facteurs biomécaniques (ce qui se voit) et psychosociaux (ce qui se vit) qui s'expriment au sein d'une organisation du travail. Ils affectent la structure musculo-tendineuse, la structure osseuse et les tissus conjonctifs des membres et du tronc. Ils ont une incidence sur la bonne santé des organes et des tissus. Première maladie professionnelle, les troubles musculo-squelettiques touchent presque toutes les populations. Ce trouble est un fardeau économique pour l'entreprise à l'origine d'absentéisme, de perturbations dans l'organisation de la production, de trun-over important, de reclassement des salariés souffrants. (réf ANACT )

L'Institut National de Veille Sanitaire définit les TMS comme "un ensemble d'affections péri-articulaires qui peuvent affecter diverses structures des membres supérieurs, inférieurs et du dos... Ces troubles sont également appelés "pathologies d'hyper-sollicitation".

Cadre légal et réglementaire :
- la directive 89/391/CEE du Conseil Européen, du 12 Juin 1989 et qui concerne la mise en oeuvre de mesures visant à promouvoir l'amélioration de la sécurité et de la santé des travailleurs au travail
- loi n¬į91-1414 du 31/12/1991 int√©grant dans le code du travail, les principes g√©n√©raux de pr√©vention
- arrêté de la Cour d'appel de Paris du 6/02/2014 sur les obligations de l'employeur en terme d'obligation de sécurité, notamment en ce qui concenre les accidents du travail et les maladies professionnelles.
- articles L.4121-2, R4541-2, D4161-2 du code du travail
- l'annexe II du code de la sécurité sociale définissant 5 catégories de TMS reconnues au titre des maladies professionnelles du régime général
- normes NF X35109, NF EN ISO11226 relatives à l'ergonomie et la manutention manuelle de charges

Nos grands axes d'analyse:
- les facteurs biomécaniques liés au poste de travail : contraintes posturales, le port de charges, les mouvements répétitifs, l'usage d'outils vibrants à main, etc..
- les facteurs psychosociaux : contenu du travail, climat social, absence d'autonomie & de soutien, diminution des capacités d'adaptation, gestion des risques, niveaux de fatigue et de stress, gestion des absences, exigences temporelles, facteurs relationnels, autres exigences mentales, etc..
- les facteurs environnementaux : températures, bruit, éclairage, etc.. comme facteurs d'appararition de TMS

...plus précisément il s'agit de :
- prévention "stade 1", en amont de la manifestation des troubles : actions visant au maintien des bonnes conditions de réalisation du travail et à la réduction de l'apparition de nouveaux troubles. 
- prévention "stade 2" qui a pour objet la mise en place d'actions pour des populations exposées. Il s'agit d'éviter l'aggravation des troubles existants.
- prévention "stade 3", curative, dont l'action principale est le maintien dans l'emploi en cas de pathologies rendant difficile la réalisation du travail.

Les étapes de notre intervention

Etape 1 : faire un état des lieux des situations et des pratiques:
- visiter les sites et les unités de travail, à plusieurs moments de la journée
- observer les postes, les conditions environnementales, les gestes effectués, les savoir-faire, les fréquences, les communications et déplacements
- noter l'adaptation des personnes à leur poste de travail lorsqu'elles ne respectent pas les consignes existantes et comprendre pourquoi
- valider les constats faits par le biais d'entretiens individuels et/ou collectifs, sur le terrain et hors postes de travail
- écouter les personnes, leur autoévaluation, leurs perceptions
- communiquer sur le fait qu'il ne s'agit pas de juger  
- faire une check-list (de OSHA par exemple) organisant les informations recueillies
- déterminer l'ampleur du phénomène

Etape 2 : établir un plan d'actions suivant les différents stades ( 1,2,3)
Nous nous appuyons sur une démarche participative 
- faire se coordonner les acteurs de l'entreprise ( DRH, CHSCT, médecins, infirmiers, représentants du personnel, managers..)
- mise en place d'une bo√ģte √† id√©es, favoriser le renforcement de r√©solution technique et agir en pr√©vention
- construire un comité de pilotage et permettre de maintenir une concertation et d'apporter une diversité de points de vue 
- utiliser des outils d'aide à l'analyse des TMS : "OREGE"-INRS, "RITHMS"- CARSAT, diagramme d'ISHIKAWA, pour mieux comprendre et diagnostiquer
- lister avec précisions les causes des dysfonctionnements et des troubles
- établir un projet de transformation du travail en recherchant les pistes d'amélioration et la planification du déploiement des actions
- √©tablir un budget pr√©visionnel en pr√©cisant les moyens ( am√©nagement des postes, investissement mat√©riel, formations..) & les co√Ľts
- √©valuer la r√©organisation du travail : pauses de r√©cup√©ration, les variations du rythme, alternance de t√Ęches physiques et mentales, etc.. ¬†
- faire valider ce projet et formaliser un engagement par support écrit 

Etape 3 : les actions de terrain
- formations-action adaptées aux différents postes concernés et populations ( voir programmes formations BE and ACT)
- supports pédagogiques analysant le travail "réel", vidéos de sensibilisation pouvant faire intervenir les collaborateurs eux-mêmes
- livrets d'information imageant les postures de travail et permettant l'autonomisation
- prise en compte du vielllissement des personnes, mobilité interne et gestion de l'inaptitude au travail 
- proposition d'un suivi à moyen et long terme, réajustement des corrections proposées

Etape 4: évaluer les bénéfices
- mettre en place un système d'évaluation des améliorations obtenues par poste, par secteur, par service
- quantifier le b√©n√©fice financier pour l'entreprise: c√īuts directs et indirects, analyse de l'absent√©isme, nombre d'arr√™ts maladies, etc..¬†
- informer sur ces résultats, donc motiver les acteurs de l'entreprise
- établir un bilan RH qualité ( spécifique BE and ACT)

Plus de détails dans la rubrique "programmes de formation"